dans Les spiritueux

Le monde du cocktail s’agite dans une modernité réinventée chaque jour, pourtant le monde du mélange, de la « mixologie », ne date pas d’hier, chaque mixologiste y va de sa création, de son « invention », en fait de son mélange d’ingrédients plus ou moins customisé, mais en fait, la révolution est plutôt subtile, elle s’ouvre aux « raw », aux cueillettes quasi spontanées, on réinvente le Maitrank quelque part. Le monde du cocktail vit sa révolution culturelle ; entre le bon grain et l’ivraie, le choix est parfois complexe et pour l’amateur débutant il est parfois compliqué de poser un jugement de valeur si l’on est sans références.

Alors, pour établir une base, ne serait-il pas intéressant de se remettre aux classiques ? Aux valeurs simples ? Pour être un bon free-styler, il faut être un bon interprète au départ ; sinon on n’est jamais qu’un champion du glouby-boulga…

L’origine exacte du mot « cocktail » est un peu perdue, mais il se pourrait qu’elle vienne des plumes de coq que l’on aurait utilisé à New-York  au XIXe siècle pour mélanger les alcools. Pour se nommer « cocktail » un mélange doit compter au moins trois éléments, c’est essentiel.  Un whisky coca, par exemple, n’est un cocktail que s’il est additionné de glaçons.

Certains alcools dits « nobles » aujourd’hui, furent, dans des temps plus anciens, consommés allongés d’eaux ou de jus de fruits, tel le cognac qui fut, avec la maison Hennessy à l’origine du Gimlet. C’est ce mélange particulier de menthe, d’eau gazeuse et de sucre qui donnera quelques années plus tard la Mojito si cher au cœur de nos nuits contemporaines.

Au niveau de son cocktail favori, dans sa première aventure écrite, Casino Royale en 1953, il précise au cours d’une partie de poker, qu’il souhaite un Vesper, création totale de l’espion en smoking. Ce n’est que plus tard que viendra la légende du Dry Martini. Sachez que le nom de cette créature vient de la contraction de West Berlin et fait référence à son statut d’agent double. Pour en venir au cocktail Vesper, versez 3 mesures de Gin, 1 mesure de vodka, 1/2 mesure de Lillet (un vermouth français) dans un shaker et servez-le frappé avec un zeste de citron twisté et deux olives sur une pique.

Faut-il grignoter pour accompagner un cocktail ?

Mise en bouche et amuse-gueule

Un cocktail est une composition particulière qui ne se prend pas n’importe quand, ni n’importe comment. Qu’il s’agisse d’un classique ou d’une invention totale.

Un Alexandra en fin d’après midi, mais jamais avant de passer à table ; un Mojito, ou un Gimlet, lorsqu’il fait chaud mais jamais au milieu de la nuit …

Des saveurs de toutes sortes peuvent vous titiller les papilles : des noix de cajou aux cacahuètes en passant par les amandes fumées et les noix et noisettes couvertes d’une croûte plus ou moins épaisse et dure, des saveurs type sauce BBQ à celle, plus prégnante, du wasabi, les palanquées de zakouskis, pestiscos et autres tapas. Ou pourquoi pas des copeaux de jambon, le célèbre ibérico, ou un des ses cousins en provenance des quatre coins de l’Europe. Ou alors des fromages de caractère, qui ont un peu vécu. Et pourquoi pas des petites glaces : des sorbets, des granités aux parfums des préparations liquides comme un petit sorbet mojito pour compléter la sensation de fraîcheur de la chose.

Avec notre fameux mojito, un céviche parfumé au citron vert, comme il se doit, sera parfaitement accordé. Pour accompagner un Alexandra, je ne vois qu’un chou à la crème et un caniche nain en imperméable. Les cocktails offrent des possibilités infinies de saveurs et de textures, à vous de laisser libre cours à votre imagination en matière de préparations culinaires. Evitez juste les gelées, c’était à la mode il y a deux ou trois ans mais, franchement, à part pour quelques mannequins cela n’a jamais été un succès…

A vos shakers et autres gobelets mélangeurs…

 

Goose Tower

5 cl de Grey Goose L’Originale

2 cl de jus de citron vert

1,5 cl de sucre liquide

3 gouttes de bitter au céleri

Du soda

Mettez tous les ingrédients, sauf le soda, dans le shaker, ajoutez les glaçons et agitez le shaker, jusqu’à ce que le tout soit bien refroidi. Versez le tout à l’aide d’une passoire dans un verre à long drink rempli de glaçons et achevez avec le soda en décorant d’un bâton de citronnelle et d’un brin de menthe.

 

Bombay Sapphire Aviation

5 cl de Bombay Sapphire

3 cl de jus de citron frais

1 cuillère à cocktail de liqueur Maraschino

½ cuillère à cocktail de crème de violette

1 cl de sirop de sucre

Des glaçons

Remplissez un shaker de glaçons et y ajoutez le Bombay Sapphire, le jus de citron, la liqueur Maraschino, la crème de violette et le sirop de sucre. Agitez vigoureusement et versez dans un verre Martini (ou une coupe) refroidi(e). Décorez avec une cerise confite.

 

Original Bacardi Mojito

5 cl de Bacardi Superior

De la menthe fraîche

Du citron vert

Du sucre

De la glace pilée

De l’eau pétillante

Ecrasez dans un verre un demi-citron vert coupé en quartiers, ainsi que 2 cuillères de sucre. Ajoutez 10 feuilles de menthe et pressez à nouveau doucement afin de libérer tous les arômes. Ajoutez la moitié de la glace pilée et 5 cl de Bacardi Superior et mélangez le tout. Remplissez le verre avec le reste de la glace pilée et ajoutez un nuage d’eau pétillante et décorer d’une branche de menthe.

Derniers articles
Showing 2 comments
  • Henry J
    Répondre

    Pour le Mojito, petite astuce avant toute chose, pliez une feuille en deux et frottez en le bord du verre, vous ferez ressortir les arômes de votre cocktail. Certains le préfère avec un bon rhum vieux (paille ou brun) mais la couleur est moins attirante.

  • Henry J
    Répondre

    une feuille de menthe .. bien entendu 😉

Laisser un commentaire

0